L’assemblée parlementaire franco-allemande se réunit à Strasbourg

La centaine de députés allemands et français membres de la nouvelle assemblée commune ont rendez-vous mercredi 5 et jeudi 6 février dans la capitale alsacienne.

Et de trois ! Un an après sa constitution, la nouvelle assemblée parlementaire franco-allemande siège cette semaine pour la troisième fois. Les 50 députés de l’Assemblée nationale et leurs 50 homologues du Bundestag ont rendez-vous mercredi et jeudi dans les locaux du Parlement européen, à Strasbourg.

Audition des ministres de la Défense

La session devait débuter en milieu d’après-midi après une réunion des présidences des deux assemblées dans la matinée. L’ordre du jour était de ce mercredi était dominé par l’audition des ministres de la Défense, l’Allemande Annegret Kramp-Karrenbauer et la Française Florence Parly, au sujet de la politique commune en matière de sécurité et de défense. Paris et Berlin travaillent, en particulier, au développement d’un avion de combat commun. Une conférence de presse était prévue en fin d’après-midi.

Jeudi, les députés français et allemands poursuivront leurs débats sur des thématiques variées, européennes et bilatérales. Ils ont l’intention de créer un groupe de travail commun pour accélérer l’harmonisation des législations économiques et des procédures collectives entre les deux pays.

Économie, climat et coopération transfontalière

Un second groupe de travail doit aussi se constituer autour du programme de la nouvelle Commission européenne pour la protection du climat (« Green Deal »). Les députés des deux pays souhaitent accompagner son élaboration. Ils entendent, plus généralement, mener une critique constructive des politiques environnementales nationales et européennes, voire  formuler des propositions.

Enfin, cette troisième réunion de l’Assemblée parlementaire franco-allemande se penchera sur l’une des ambitions majeures du nouveau traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle (2019) : la coopération transfrontalière. Les parlementaires allemands et français veulent la faire avancer et en combler les lacunes, notamment dans le domaine des transports. Certaines voies de communications, comme le pont ferroviaire reliant Colmar à Breisach, sont, par exemple, restées interrompues depuis la Seconde Guerre mondiale.

Portée sur les fonts baptismaux il y a un an par un accord entre les parlements allemand et français dans la foulée de la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, l’Assemblée parlementaire franco-allemande s’était réunie deux fois en 2019 : le 25 mars à Paris, et le 23 septembre à Berlin.

A.L.